Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’émergence de la conscience à la préhistoire, avec Henry de Lumley

Le paléontologue, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, évoque l’ouvrage collectif L’Univers, la vie, l’homme Emergence de la conscience
A partir de quand la conscience émerge-t-elle chez l’homme ? C’est une question à laquelle de nombreux chercheurs de diverses disciplines (astrophysiciens, psychologues, paléontologues, philosophes) ont tenté de répondre dans l’ouvrage intitulé L’Univers, la vie, l’homme, Émergence de la conscience sous la direction du grand maître de la Préhistoire, Henry de Lumley. Il évoque dans cette émission les grandes étapes de l’évolution de la vie, depuis la formation de la terre jusqu’à nos jours, pour aborder l’émergence de la pensée conceptuelle.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : PAG1057
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/pag1057.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 17 juin 2012

C’est en s’interrogeant sur les grandes étapes de l’évolution morphologique et culturelle de l’homme que le célèbre paléontologue Henry de Lumley a donné une série de conférences au Collège des Bernardins à la fin de l’année 2010, confrontant à ces questions le regard de physiciens, astronomes, biologistes, paléontologues, philosophes et théologiens. Un livre paru chez CNRS Éditions, L’Univers, la vie, l’homme, Émergence de la conscience [1] cosigné par de nombreux académiciens [2], dont Henry de Lumley fait également partie.

Pour Henry de Lumley, il est indispensable d’envisager l’évolution de l"homme dans un continuum avec aux origines, la naissance de la planète Terre. Une planète jeune de 4,5 milliards d’années, avec des océans apparus après le refroidissement en surface de 100°C, il y a 4 milliards d’années.
« En moins de 200 millions d’années apparaissent les premières cellules vivantes, sans noyau qu’on appelle procaryotes. Elles se reproduisent en se coupant en deux. Ce n’est que vers 1,5 milliard d’années que nous sommes passés aux eucaryotes, cellules avec noyaux qui se reproduisent sexuellement » explique Henry de Lumley au cours de cette émission. Petit à petit, les formes se complexifient, les cellules eucaryotes se regroupent et forment des métazoaires, organismes composés de plusieurs cellules.

« Vers 600 millions d’années, c’est l’explosion cambrienne. Des formes d’invertébrés apparaissent, beaucoup plus complexes, avec des antennes, des cils. Se mettent en place des groupes qui vont conduire aux différentes classes de vertébrès actuels dont les primates ». A partir de 450 millions d’années, les poissons font leur apparition, puis c’est autour des amphibiens 100 millions d’années plus tard. Petits et gros reptiles font leur entrée dans l’évolution entre 300 millions et 65 millions d’années, avant la crise du cétacé-tertiaire où l’on observe l’extinction des dinosaures.
« Le champ a donc été libre pour l’explosion des mammifères, y compris l’ancêtre des primates, le Purgatorius. Vers 7 millions d’années apparaissent des primates qui acquièrent la station debout. Mais ce ne sont pas encore des hommes ». C’est le cas de Toumaï, dont les restes ont été trouvés au Nord du Tchad par Michel Brunet.

L’émergence de la conscience se met en place progressivement. Elle est liée à l’évolution de la cognition où vers 2,5 millions d’années, les hominidés sont capables d’avoir un langage articulé. Ils deviennent véritablement des hommes.
Quant à la fabrique d’outils, même rudimentaires, ils démontrent l’existence d’une pensée conceptuelle : « ils sont désormais capables de concevoir un modèle en fonction d’un projet. L’outil et le langage signent les débuts de la fabuleuse aventure culturelle de l’homme. La conscience réfléchie est déjà en place mais elle va se complexifier au cours du temps » précise Henry de Lumley...

Le professeur Henry de Lumley en février 2012
Le professeur Henry de Lumley en février 2012

On pense que c’est avec la maîtrise du feu vers 400 000 ans qu’apparaît le sens du groupe. Facteur de convivialité, on se réunit autour du foyer pour se réchauffer, pour se restaurer, pour se raconter des histoires. Près de 100 000 ans plus tard, ces hommes qui vivent en communauté laissent des traces des premiers rites funéraires, comme à Atapuerca, en Espagne. « Nous avons retrouvé là-bas au fond d’un aven, plus de 3500 restes humains qui correspondent à des cadavres précipités, avec des bifaces qui n’ont jamais servi. Ce sont certainement des offrandes » poursuit-il.

Nouveau bond en avant, 100 000 ans après, où les morts sont enterrés. « On creuse désormais une fosse pour y déposer le défunt avec parfois des offrandes. Ce sont souvent des crânes ou des bois de cerf, symboles de résurrection. Homo sapiens s’interroge sur sa place dans l’univers, dans l’histoire de la vie. Il refuse la mort et veut poursuivre la route dans l’au-delà. C’est la naissance de l’angoisse métaphysique, l’émergence de la pensée religieuse, de son devenir après la mort » raconte Henry de Lumley.

Trois autres révolutions vont encore bouleverser l’émergence de la conscience :
- vers 35 000 ans les lobes frontaux du cerveau se développent chez l’homme, siège de la pensée associative ; « d’où l’explosion de la pensée symbolique avec l’invention de l’art pariétal, des parures, de la musique. C’est l’invention de l’art ! »
- vers 8 000 ans l’homme s’organise en société. Il a besoin de chefs pour gérer la communauté, de soldats pour faire respecter l’ordre, et de prêtres pour parler avec les dieux.
- enfin vers 3 500 ans se développe l’écriture, qui sonne la fin de la préhistoire et le début de l’histoire. Les Sumériens et les Égyptiens en sont les meilleurs exemples. Mais vous retrouverez en France également des traces d’écriture contemporaine à ces deux civilisations, dans la Montagne du Bégo dans les Alpes maritimes. Les randonneurs au regard aiguisé y trouveront des idéogrammes gravés dans la pierre, traces de mythes cosmogoniques des peuples métallurgistes.

Henry de Lumley est membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres, correspondant à l’Académie des sciences, directeur de l’Institut de paléontologie humaine.

En savoir plus :

- L’univers, la vie, l’homme, Sous la direction d’Henry de Lumley, éditions du CNRS, 2012

- Ecoutez l’ensemble de nos émissions en compagnie de Henry de Lumley

- Henry de Lumley, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

[1] Sous la direction d’Henry de Lumley, 2012

[2] Yves Coppens, Stanislas Dehaene, Jean Kovalesky, Pierre Léna, Ghislain de Marsily, Yves Quéré






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires